Facebook reprend la main sur WhatsApp

Dès le 8 février 2021, l’application WhatsApp, propriété de Facebook, modifiera ses conditions d’utilisation. La firme de Mark Zuckerberg souhaite réviser la politique de confidentialité de sa messagerie cryptée pour «exploiter, fournir, améliorer, comprendre, personnaliser, soutenir et commercialiser nos services», affirme l’entreprise.

L’objectif est d’améliorer les algorithmes développés par Facebook et proposer encore davantage de publicités ciblées aux usagers en puisant dans les données de 2,5 milliards d’utilisateurs de WhatsApp dans le monde. Facebook et ses filiales se réserveront le droit, dès le 8 février 2021, de partager les données collectées avec des «entités tierces», c’est-à-dire des entreprises, lorsque WhatsApp interagit avec elles. Parmi ces données, on retrouve le numéro de téléphone de l’usager, sa photo, nom complet, adresse IP, l’ensemble de ses contacts, ou encore l’horodatage de la dernière connexion. Dans les jours et semaines à venir, vous allez recevoir un message vous invitant à accepter les nouvelles conditions d’utilisation de la plateforme. Si vous refusez la mise à jour, votre compte sera suspendu jusqu’à ce que vous changiez d’avis et vos archives temporairement gelées.

Données personnelles: les Européens protégés

Les utilisateurs européens sont mieux lotis que les autres, puisqu’ils sont protégés par le Règlement Général pour la Protection des Données (RGPD) adopté en 2018 par l’Union européenne qui réglemente la collecte des données sur le Vieux Continent. Ainsi seulement les utilisateurs de WhatsApp Business, c’est-à-dire les entreprises, seront concernés par la mise à jour de Facebook.

Depuis l’annonce de ces changements de conditions d’utilisations sur Whatsapp, d’autres applications ont vu leur nombre de téléchargements grimper en flèche.

Signal: la nouvelle application en vogue et la plus sécurisée

C’est le cas notamment de Signal qui s’est hissée au top des téléchargements en ce début d’année, avec plusieurs millions de nouveaux inscrits.

Signal est peut-être à ce jour la meilleure option pour chiffrer l’ensemble de ses conversations. Si l’application soufre d’un manque de notoriété elle dispose d’un système de cryptage évolutif permettant de passer des appels vocaux et vidéos privés. L’application est gratuite et nécessite seulement une inscription sur le service via son numéro de téléphone. Le service ne collecte aucune donnée et il est possible d’accéder à de nombreuses options supplémentaires comme le floutage des visages sur les photos partagées. Développée par une entreprise américaine, elle garantit une protection optimale des données d’utilisateurs (chiffrement des données, possibilité de détruire les messages après discussion), avec des fonctionnalités très similaires à celles de Whatsapp. Selon l’entreprise, aucun traceur de pub n’est incorporé dans l’application. De plus, le modèle économique de Signal repose sur les dons des usagers et autres subventions. Cela garantie l’indépendance de la société. Elle a d’ailleurs été plébiscitée par Elon Musk qui a tweeté « Utilisez Signal« . Ce qui, ironiquement a propulsé de 91% l’action en bourse… de la marque de dentifrice !

Telegram: à nouveau populaire, mais moins crypté

Telegram est une application gratuite et sécurisée, même si son fonctionnement demeure opaque. Créée par Pavel Durov, elle a été largement popularisée il y a quelques années comme étant « la messagerie préférée des terroristes », mais elle est loin d’être aussi sécurisée que le laisse entendre sa réputation. L’application collecte les adresses IP des usagers, les numéros de téléphone ou encore les noms et prénoms, contrairement à Signal. Et les messages privés entre deux utilisateurs ne sont pas nécessairement cryptés par défaut. Il est possible de sécuriser les messages de groupe comme les notes vocales. Toutefois, le paramétrage par défaut de ce cryptage n’est pas possible et il faut à chaque fois faire une manipulation pour y parvenir. Une information qui échappe probablement souvent à la plupart des nouveaux utilisateurs. De plus, l’ensemble des messages sont sauvés dans le cloud, ainsi en cas de piratage des données il existe très peu de marche de manœuvre.

Viber : le retour d’une application oubliée

Viber, une autre application de messagerie instantanée, exactement comme Whatsapp et le reste de ses concurrents. Elle partage d’ailleurs un logo similaire à la messagerie de Facebook, mais en violet. Vieille de dix ans sur le marché, elle a construit sa communication sur le fait que ses serveurs ne conservent pas de traces des interactions entre utilisateurs, que ces derniers se passent par messages ou par appels. Elle assure un chiffrement de bout en bout de vos échanges. Son point fort par rapport à ses concurrents est qu’elle permet d’avoir des conversations de groupe sans limite de participants, à des appels de 20 personnes et même à des conversations communautaires.

Flickr, Pixlr, 500 px… les alternatives à Instagram

Contrairement à WhatsApp, Instagram collecte depuis longtemps les données des usagers pour les cibler et de leur proposer des contenus publicitaires. Toutefois, comme toutes applications, elle dispose de concurrents pour les amateurs de photos. 500px par exemple, un est réseau social de photographes amateurs et professionnels. Entièrement gratuit, il vous permet même de vendre vos clichés à des personnes, des journaux ou des institutions. Plus professionnel qu’Instagram, il ne propose pas d’information ou d’émissions de divertissement. Tout tourne exclusivement autour de la photographie. Flickr ou encore Pixlr fonctionnent sur des modèles similaires. L’objectif y est de montrer ses clichés et d’en vendre ou d’en acheter, d’échanger des techniques de photographie contrairement à Instagram.

%d blogueurs aiment cette page :